Le pensionnat peut-il être une solution

Le pensionnat peut-il être une solution?

Le pensionnat ne peut être en lui-même une soluon aux difficultés d’un adolescent. Mais il s’agit indéniablement d’un moyen et d’un outil qui peuvent lui permettre de se dégager de l’impasse dans laquelle il est en train de se fourvoyer. L’intérêt du pensionnat est qu’il offre à l’adolescent la triple possibilité d’être à distance de ses parents, dont il est trop dépendant pour bien les supporter, sans pour autant se retrouver seul, ce qu’il n’est pas encore prêt à assumer, et enfin d’être encadré, limité et stimulé à la fois par des adultes et par des camarades neutres affec-
tivement.
En outre, il permet à l’adolescent de sortir de ce paradoxe de l’attachement qui fait que plus il est en insécurité, plus il a besoin d’être rassuré par la présence de ses parents, et plus il est contraint d’échapper à ce qu’il vit comme une emprise de cet entourage en interposant entre celui-ci et lui l’insatisfaction, les plaintes et le sabotage de ses potentialités.

Le pensionnat n’est donc ni une punition de l’adolescent, ni la manifestation d’une quelconque défiance à l’égard des parents. Il permet juste à l’adolescent de vivre les acquisitions faites hors du regard parental comme étant les siennes et non le produit d’une soumission à leur désir.
Préconisé suffisamment tôt, de préférence avant 16 ans, il permet de limiter les risques du cercle vicieux de l’échec : l’adolescent cherche à échapper à l’influence parentale, du fait même du besoin qu’il en a, en ne faisant pas ce que l’on attend de lui, notamment sur le plan scolaire ; en même temps, l’échec le déprime et déçoit ses parents ; il se déçoit lui-même, se dévalorise, se démotive ; percevant qu’il aurait besoin d’aide, mais ne supportant pas celle de ses parents, il va alors chercher un appui vers des copains auprès desquels il trouve l’ambiance plus ou moins régressive qui lui rappelle son enfance, tandis que prise de drogue et d’alcool l’aide à fuir la réalité… C’est ce cycle infernal qu’il faut à tout prix éviter avant qu’il n’ait eu des effets trop délétères…

Toutefois, le pensionnat ne doit pas s’apparenter à une solution pour rompre avec la famille. Au contraire, se voyant moins, parents et adolescents sortent de leur exaspération réciproque et peuvent profiter les uns des autres lorsqu’ils se retrouvent. Ils sont moins souvent ensemble, mais plus heureux de l’être. C’est le plaisir des retrouvailles et souvent du succès scolaire… Par ailleurs, les contraintes extérieures du pensionnat donnent à beaucoup d’adolescents un sentiment de liberté intérieure retrouvée. Ils n’ont plus à supporter les contraintes de la vie familiale, qui les incitaient à se réfugier dans leur chambre pour regarder des films, écouter de la musique, téléphoner, pianoter sur leur ordinateur, surfer sur le Net, manger, fiimer ou encore rêver sur leur lit… Le seul fait d’évoquer cette séparation suffit parfois à apaiser les conflits et à améliorer les acquisitions de l’adolescent.
Les parents, en revanche, sont souvent plus difficiles à convaincre. Ils redoutent de se couper de leur enfant, craignent que celui-ci vive son départ comme une sanction et le leur reproche, et, plus profondément, appréhendent de se retrouver en couple. Il n’est pas rare également qu’ils se sentent coupables du soulagement que leur procure cette séparation temporaire. Enfin, ils peuvent avoir des réminiscences d’un séjour en pensionnat vécu comme pénible. Mais, outre le fait que le pensionnat a changé depuis leur génération, ils oublient souvent qu’il vaut mieux un mauvais souvenir et quelques reproches à l’égard des parents que de demeurer dans l’échec avec comme seule issue l’insatisfaction
et la dévalorisation de soi…

Il a peur de devenir fou. Que faire

Il a peur de devenir fou. Que faire?

C’est une crainte qui est loin d’être exceptionnelle à l’adolescence, même si elle ne se formule pas toujours aussi clairement. Elle correspond à une peur caractéristique des enfants de cet âge : celle de perdre le contrôle de soi. Elle reflète bien les fortes pressions auxquelles est soumise la personnalité de l’adolescent du fait de la puberté : pression de la montée en puissance des désirs et des appétits en tous genres; pression des contraintes externes et de la nécessité de ménager l’amour des parents; pression liée aux contradictions dont l’adolescent est porteur, à son besoin des autres qui s’oppose à son désir de se suffire à lui-même. Ses contradictions peuvent aisément lui donner le sentiment qu’il ne peut plus les contenir et qu’il va exploser : c’est ce qu’il nomme «folie». L’adolescent aura d’autant plus tendance à exprimer son malaise par une forme de violence explosive qu’il aura plus de mal à mettre des mots sur ce qu’il vit, et donc à le comprendre.

On appelle généralement folie ce que l’on ne comprend pas. C’est dire si cette peur relativement banale est, dans la majorité des cas, bien éloignée de la folie comme maladie. Ce n’est pas une raison pour prendre la crainte de l’adolescent à la légère; la meilleure réponse que l’on puisse lui fournir est de l’aider à comprendre ce qui se passe en lui et à mettre des mots sur ce qu’il ne fait que subir pour enfin l’apprivoiser.

Pourquoi « fait-il la gueule »

Pourquoi « fait-il la gueule » ?

Faire la gueule » est le signe distinctif par excellence de l’entrée dans l’adolescence. Il résume à lui seul le paradoxe de l’adolescent pris entre le besoin de solliciter l’entourage familial et la volonté de s’y opposer et de s’en abstraire. « Faire la gueule » est un premier compromis possible
entre ces deux aspirations ressenties comme parfaitement contradictoires. Contradiction qui déchire l’adolescent, le fige tant dans sa pensée que dans son corps, et lui impose cette attitude qu’il subit plus qu’il ne la contrôle. « Faire la gueule » se voit et a des répercussions immédiates sur l’atmosphère familiale. Mais, pour l’adolescent, cette attitude de repli sur soi-même peut parfois
simplement signifier qu’il souhaite qu’on le laisse tranquille. C’est pourquoi il pourra déplorer en toute bonne foi la mauvaise ambiance qui règne au sein de la cellule familiale, sans vraiment en comprendre les causes… Lui en vouloir serait faire intrusion dans son espace privé, le déranger, voire lui faire violence, et ce d’autant plus qu’il a l’impression de ne rien demander
aux autres. On retrouve dans ce type d’attitude les deux angoisses entre lesquelles oscille constamment l’adolescent : l’angoisse de passer inaperçu et de se sentir abandonné et l’angoisse de ressentir comme une intrusion persécutrice tout intérêt qui lui serait manifesté. Comme tout paradoxe, c’est une fausse contradiction : c’est en acceptant de se nourrir de l’intérêt des autres
que l’adolescent en aura moins besoin et se sentira plus libre à leur égard. On ne « fait la gueule » qu’à ceux qu’on aime ou vis-à-vis desquels l’attente afFective est importante. Et la tentation de « faire la gueule » sera d’autant plus grande que la proximité et la dépendance affectives seront plus
fortes entre les deux protagonistes. L’adolescent qui adopte ce type de comportement préferentiellement envers sa mère l’adoptera plus difficilement envers son père, envers ses grands-parents et plus encore envers les parents d’un ami. C’est la qualité de proximité et de complicité du lien qui accroît le risque de ce genre de réponse, ainsi que la disponibilité de la personne qui la
subit.

L’état amoureux en est un bon exemple par ce qu’il sollicite et révèle de dépendance affective réciproque et de délégation à l’autre d’une partie de soi-même, comme si cet autre était devenu le représentant de ce qu’on voudrait être et avoir de meilleur. Mais le prix à payer est le risque d’une dépossession de soi-même en cas de conflit et de séparation. C’est-à-dire d’une dépendance affective qui rende l’adolescent particulièrement vulnérable. Un exemple : une sortie commune est organisée,
préparée et attendue avec d’autant plus d’impatience qu’elle marque un événement important tel que l’anniversaire de la rencontre. Or l’un des deux est en retard. La violence de la déception est proportionnelle à l’intensité de l’attente. Plus le retard est important, plus le plaisir de la soirée à venir se transforme en déplaisir. Au point qu’au bout d’un certain temps, celui qui attend ne sait même plus s’il a encore envie de sortir. Quand l’autre arrive enfin, il est trop tard et il
trouve son partenaire en train de «faire la gueule» et n’ayant réellement plus envie de cette soirée. La déception a détruit les racines du désir et cela à cause de l’intensité de l’envie. Si le retardataire le prend au mot et se retire, c’est probablement la pire erreur qu’il puisse commettre. Si, par contre, inversant la situation, il se met lui-même dans une position identique de passivité,
d’attente, de demande, la situation a des chances de s’arrange.

Cet exemple nous paraît être significatif de ce qui se passe à l’adolescence et de l’extraordinaire capacité des adolescents à renverser une situation en son contraire, en fonction même de l’intensité des attentes, surtout si celles-ci concernent un adulte très investi comme peut l’être un parent. Pour y répondre, il faut savoir faire violence à l’adolescent en provoquant l’échange et la
rencontre qu’il prétend refuser, mais qu’il attend sans en être conscient. Il faut le faire suffisamment tôt avant que l’isolement de l’adolescent ne l’ait amené à se construire dans le rejet de ses parents et, parfois même, de l’ensemble des adultes.