Sa mère est sa meilleure amie. Est-ce bon pour son équilibre

Sa mère est sa meilleure amie. Est-ce bon pour son équilibre?

C’est une phrase que l’on entend souvent, et plus fréquemment dans ce sens qu’entre père et fils. La
relation entre hommes est volontiers plus distante, tant sur le plan de la proximité physique que sur celui des confidences. Il est probable que l’évolution libérale de la société et des relations au sein de la famille, avec une plus grande liberté d’expression, a facilité ce rapprochement mère/fille. Cette situation est-elle souhaitable? On comprendra aisément que la réponse ne soit pas univoque. Derrière lui même phrase peuvent se cacher des réalités bien différentes. Tout dépend de l’intensité de la relation, de son caractère plus ou moins exclusif, c’est-à-dire du degré de
contrainte et d’emprise réciproques d’un tel lien. Il est sûrement bénéfique que le lien parent-adolescent soit libre et empreint d’une confiance partagée. Mais le lien parent-enfant, et plus spécifiquement mère-enfant, est d’une telle nécessité qu’il faut des contrepoids pour que l’enfant puisse s’en dégager. Ces contrepoids, ce sont les limites qu’imposent la mère, les frustrations, le fait qu’elle puisse manquer ou ne pas répondre à tous les besoins de l’enfant. C’est ce qui permet à celui-ci de prendre à son compte, progressivement, les apports maternels, de les faire siens, de
les intérioriser et de s’identifier aux caractéristiques maternelles puis de chercher ailleurs, dans une tierce personne, plus particulièrement le père, ce qu’il ne trouve pas chez la mère.
C’est à ce niveau qu’un trop grand «copinage» entre la mère et l’adolescente trouve ses limites. Il risque, en effet, à la fois de traduire la persistance d’une excessive dépendance affective entre elles, mais aussi d’entretenir et d’aggraver cette relation. Tout accrochage à la présence physique d’un parent peut faire douter de la qualité et de la réalité des acquis intériorisés et assimilés par
l’adolescent. Une trop grande transparence de la vie intime entre parents et adolescent a de bonnes chances de freiner les possibilités d’autonomisation de l’adolescent. Cette relation privilégiée est difficile à quitter car elle offre, sur le moment, beaucoup d’avantages et peu de contraintes. Pourtant, elle va rendre le choix d’un partenaire difficile et ce d’autant plus qu’il aura de son côté des besoins et des demandes bien différents de ceux de la mère, et que la relation idyllique avec celle-ci aura bien mal préparé l’adolescente à supporter une nouvelle relation où elle ne sera pas l’objet d’une telle complaisance dans la complémentarité.

Enfin, si le lien persiste sur ce mode, son caractère de leurre et de relation en fait profondément inégalitaire et déséquilibrée se révélera avec le temps, quand le vieillissement de la mère et sa disparition laisseront la fille seule à devoir gérer cet abandon en ayant été bien mal préparée à vivre d’autres types de liens. Le meilleur lien à la mère est celui qui permet à la fille de vivre sans sa mère, ce qui ne veut pas dire sans relation avec elle, mais en ayant intériorisé l’essentiel
des qualités qu’elle lui aura transmises. Par la suite, la fille pourra en faire profiter à son tour ceux qu’elle aime et aimera, et notamment ses propres enfants, qu’ils soient filles ou garçons.

Il est stressé à cause du bac. Que faire

Il est stressé à cause du bac. Que faire?

Il est normal d’être sujet au stress face à des échéances importantes. C’est la façon de le gérer qui peut poser problème. Le stress n’étant en fin de compte qu’un mécanisme d’adaptation, les parents devraient se rassurer et éviter de surenchérir sur l’anxiété supposée de l’adolescent face à l’examen à venir en s’alarmant à l’avance de ses soi-disant effets ravageurs. Le stress n’est pas une maladie. Il n’appelle donc pas en lui-même de traitement. Poser d’emblée que l’adolescent ne peut qu’en être
perturbé et débordé, c’est mettre en doute ses capacités à y faire face et donc le mettre en situation d’insécurité.
Faire acte de présence, en manifestant sa propre tranquillité, dans la gestion, au quotidien, d’une certaine dose de stress est, au contraire, le meilleur moyen de l’aider. Le stress ne doit inquiéter que du fait de ses conséquences éventuelles : insomnie sévère et prolongée, incapacité à travailler, dépression, etc. Mais elles sont exceptionnelles, et si la seule perspective du bac suffit à les provoquer, il est clair que cet examen n’est en tau que le révélateur de difficultés sous-jacentes.
Le vrai problème des parents est en général qu’ils sont plus stressés que l’adolescent lui-même. En effet, il peut leur être difficile de gérer une situation face à laquelle ils ne sont que spectateurs passifs, sur laquelle ils n’ont aucune maîtrise. L’adolescent, lui, est actif et dispose de moyens
d’agir sur les événements, de la présence de ses amis, qui souvent partagent la même épreuve, de l’aide de ses professeurs. A défaut de pouvoir agir par eux-mêmes, bien des parents cherchent à avoir une certaine prise sur les événements : s’inquiéter pour l’adolescent et vouloir à tout prix lui apporter une aide est alors une réponse à leur propre stress, et non à celui de l’adolescent…

Ils ne s'entendent pas entre frères et sœurs. Que faire

Ils ne s’entendent pas entre frères et sœurs. Que faire?

Tous les parents souhaiteraient que frères et sœurs s’entendent parfaitement. Ils leur portent le même amour, il n’y a donc aucune raison qu’ils se jalousent et se disputent ! Cette vision idyllique et reposante des relations fraternelles ne correspond guère à la réalité. La rivalité est inévitable et l’envie, comme la jalousie, sont les sentiments les mieux partagés entre les enfants et, même, entre les adultes (les conflits d’héritage en sont un bon révélateur). Mais cela n’empêche pas d’éprouver en même temps amour et affection, et ce de façon d’autant plus saine et vraie qu’envie et jalousie sont reconnues, acceptées et intégrées. Il suffit d’observer les enfants entre eux pour comprendre que leur penchant naturel est de vouloir être les premiers, sinon les seuls, de s’emparer du maximum d’objets possibles comme de capter à leur profit l’attention et l’affection des adultes qui s’occupent d’eux. « C’est à moi » est leur devise préférée et malheur à qui s’y oppose. Seule l’éducation par les parents réussira à limiter cette expansion que les enfants souhaiteraient infinie. L’apaisement viendra de la confiance dans leurs parents et de l’assurance qu’ils ont plus à gagner en composant avec leurs frères et sœurs pour l’amour des parents qu’en se disputant sans cesse. L’attitude des parents détermine en grande partie le climat affectif entre frères et sœurs. Ce rôle essentiel ne tient pas seulement à un juste partage de l’affection entre chacun, mais dépend aussi de leur capacité à limiter les manifestations d’hostilité et à exiger un respect mutuel entre les enfants.
Les conflits entre frères et sœurs peuvent bien sûr être alimentés par une différence marquée d’affection ou d’intérêt de la part d’un ou des deux parents. Mais ils sont également liés, plus subtilement, au véritable traumatisme subi à la naissance d’un puîné par un enfant parfois très ou trop investi et adulé par un parent. L’enfant peut vivre l’événement comme un véritable abandon, un rejet ou, pire, une trahison. Son mouvement de haine à l’égard de celui qui lui a volé sa mère,
ou parfois son père, est souvent étoufle et réprimé sur le moment par peur de perdre l’amour du parent. Il resurgit parfois à l’adolescence et peut s’exprimer par un trouble psychique ou du comportement. Quoi qu’il en soit, quand les conflits deviennent trop bruyants, il revient aux parents d’aider les adolescents à se reprendre en imposant des limites et en exigeant un respect réciproque. La persistance des difficultés ou la souffrance de parents débordés peuvent nécessiter un avis spécialisé et, parfois, une thérapie familiale. Celle-ci facilite l’apaisement et la possibilité pour chacun de retrouver sa place.

Ma fille est timide... Que faire

Ma fille est timide… Que faire?

La timidité n’est pas une maladie. Elle correspond habituellement à une réaction possible de l’adolescent face à une situation nouvelle qu’il a l’impression de ne pas bien contrôler. Envahissante et croissante, la timidité peut cependant révéler de graves difficultés qu’il faut savoir prendre en compte.
La timidité n’est pas propre à l’adolescence. Elle se manifeste plus particulièrement à certaines périodes du développement de l’enfant. La puberté en est un moment privilégié. On s’accorde à considérer comme le premier prototype de la timidité ce que l’on appelle «l’angoisse du 8e mois». C’est-à-dire cette période, située entre 6 mois et 1 an, où le bébé manifeste de la peur devant tout ce qui est étranger aux figures qui peuplent son environnement quotidien. Cela correspond à sa prise de conscience progressive de l’existence propre et distincte de lui des personnes qui lui sont familières,
en particulier de sa mère. Parallèlement, il prend conscience de son existence propre. Mais, en même
temps que cette prise de conscience, survient celle que sa colère et son agressivité s’adressent également à la personne qui lui donne du plaisir, des soins, et qu’il aime. Dans un effort pour protéger la personne aimée, l’enfant projette le mauvais sur l’étranger, l’inconnu. Il est frappant de constater que des bébés qui focalisent le mauvais sur un élément précis — par exemple la nour-
riture, dans le cas de l’anorexie précoce du nourrisson — n’ont pas cette peur de l’étranger et se montrent au contraire particulièrement avenants.

Par la suite, à certains moments clés de son évolution, l’enfant va retrouver des mécanismes semblables en tentant de projeter ce qui l’inquiète sur le non-familier. La timidité en est une manifestation. Ces moments clés correspondent à des périodes qui sollicitent particulièrement l’ambivalence des sentiments de l’enfant, c’est-à-dire la cohabitation de sentiments opposés tels
que l’amour et la haine, le désir de se rapprocher et le désir de repousser projetés sur une même personne, en général une personne à laquelle il est particulièrement attaché et dont il est très dépendant, de préférence la mère. Il est ainsi habituel de voir apparaître des phases de timidité entre 3 et 6 ans, au moment où l’enfant est tiraillé entre son désir de relation privilégiée avec sa
mère et l’envie de plaire et de séduire d’autres personnes, dont son père, mais avec la crainte que ces désirs nouveaux ne lui fassent perdre l’amour maternel, qu’il voudrait exclusif.

La timidité représente un compromis entre ces désirs contradictoires qui le conduisent à faire le contraire de ce dont il aurait envie : se mettre en retrait là où il aimerait être le premier et faire la conquête de ce monde nouveau qui le tente. Ce retrait attire l’attention, mais sur un mode masochiste : l’enfant attend inconsciemment de l’autre qu’il agisse comme il aurait aimé le faire, vienne vers lui et fasse preuve d’une attitude conquérante. Ce mouvement d’inversion du désir en son contraire est bien illustré par le fait que lorsque le timide arrive à dépasser sa timidité (parce qu’il a un peu bu, que l’ambiance s’y prête, qu’il a été mis en confiance ou pour toute autre raison), il est habituel qu’il, ou elle, se montre particulièrement prolixe, expansif, qu’il lui soit
même parfois difficile de trouver les limites, la bonne distance.

Il y a dans cette attente et cette mise en scène masochiste de la timidité quelque chose de plus spécifiquement féminin et désigné comme tel par notre culture : l’effarouchement qui s’accompagne d’une séduction faussement dissimulée. Peut-être est-ce pour cela que la question est venue naturellement sous la forme : « Ma fille est timide », et non pas « Mon fils est timide ». Chez la jeune fille, toute poussée de timidité correspond en général à des moments d’attrait accru pour le
père alors même que cet attrait apparaît contradictoire avec une importante dépendance affective à la mère.
Mais la timidité existe aussi chez le garçon ! Elle est d’ailleurs souvent ressentie comme quelque chose de féminin, sentiment qui ne fait que l’aggraver par ce qu’il implique de position passive d’attente. Ce sentiment s’explique probablement aussi parce que, pour l’adolescent, cette timidité s’adresse aux autres hommes, auxquels il aimerait plaire, pour recevoir d’eux ou leur dérober la force et le pouvoir qu’il leur prête.

L’adolescence est un moment privilégié d’expression de la timidité : la puberté vient exacerber l’ambivalence des sentiments ainsi que les désirs de séduction et de pouvoir. La sexualisation du corps ne fait qu’accroître désirs et craintes. Elle contribue à une implication particulière du corps qui se manifeste sous une forme spécifique à cet âge, même si elle peut perdurer bien au-delà : la rougeur.
Celle-ci est symbolique de la problématique de la timidité. Elle vient révéler au grand jour et aux yeux de tous ce que l’adolescente voulait cacher : qu’elle est affectée par la situation. Alors qu’elle voulait paraître froide et indifférente, la rougeur, mais aussi la gêne et la gaucherie propres à cet âge, viennent signaler à quel point elle se sent en réalité concernée par le regard des
autres. Et si elle se sent concernée, c’est bien parce qu’elle est en attente de ce regard. Mais au lieu d’être triomphale, cette attente se transforme de façon masochiste en désastre. Désastre qu’elle s’exagère, évidemment, mais que cette exagération ne fait qu’accentuer. De se sentir rougir aggrave le rougissement. La honte, autre émotion liée à la timidité et elle aussi spécifique à l’adolescence, est la traduction psychique du malaise physique.
La timidité est l’expression de la conscience par le Moi de sa faillite à maîtriser ses émotions et la révélation de sa faiblesse et de son impuissance à répondre aux exigences de ses idéaux. Ceux-ci se sont construits à partir de l’image idéalisée que l’adolescent a de la personne à laquelle il est le plus attaché et qui lui sert de modèle de référence.

Attention, cependant : il ne faut surtout pas dramatiser la timidité, réaction relativement naturelle qui a ses avantages, puisqu’elle aide l’adolescente à contrôler ses élans. A condition que celle-ci puisse progressivement dépasser sa gêne. Le meilleur moyen est qu’elle prenne confiance en elle et s’autorise à s’affirmer sans craindre pour autant de perdre l’estime, la protection et l’amour
de la ou des personne(s) dont elle redoute le jugement. Ces personnes étant le plus souvent ses parents, le dépassement est plus aisé à l’extérieur de la famille. C’est pourquoi il est utile d’inciter les timides à sortir du cocon familial. La surprotection, qui se veut bienveillante et compréhensive, est toujours néfaste et ne fait qu’aggraver la situation, renforçant la dépendance de l’intéressé(e). La meilleure aide que sa famille puisse apporter à un enfant timide est de savoir parfois, avec tact et mesure, forcer les choses et, en quelque sorte, lui prescrire de sortir pour se donner l’occasion du plaisir et de la valorisation qu’il désire mais qu’il n’ose pas s’accorder de lui-même.

Là où l’adolescent(e) craint inconsciemment l’interdit parental, la prescription du parent vient transformer en obligation ce qui est désiré. Le désir, paradoxalement, en devient plus acceptable.

Les classes «prépa». Comment faut-il les aborder

Les classes «prépa». Comment faut-il les aborder?

Survalorisées ou diabolisées, les classes préparatoires sont généralement considérées comme une spécificité française. Moyen d’ascension sociale censé permettre à tout élève qui en a les compétences d’accéder aux écoles puis aux postes les plus importants, elles ne laissent indifférents ni les parents, ni les enseignants, ni certains adolescents. Entre idéalisation et dénigrement, il convient probablement de les remettre à leur juste place. Elles témoignent avant tout de la capacité de travail et de concentration de ceux qui y ont été admis, leur offrant les avantages d’une formation à une méthode de travail. Elles ne sont qu’un outil pouvant servir de révélateur à des qualités qui, pour n’être pas forcément apparentes, étaient déjà propres à l’adolescent. De même que l’on surestime leur pouvoir formateur, on dramatise sans doute leurs conséquences négatives sur les élèves, rendus malades de stress par la pression que l’on exercerait sur eux. Il ne faut pas perdre de vue que cette orientation fait l’objet d’un choix, même si, comme tout choix important, il est biaisé par de nombreux facteurs et des pressions de tous ordres. Il n’empêche que ce choix correspond à certains types de personnalités qui y trouvent davantage de raisons de satisfactions ou d’intérêt que le contraire, sauf à s’y être fourvoyées. On ne peut nier que les classes préparatoires peuvent précipiter la survenue de difficultés psychiques ; c’est cependant le cas de toute confrontation à la compétition.
Inutile, donc, de craindre les classes « prépa », mais il faut être’ conscient de ce à quoi l’on s’engage. Parallèlement, il revient à l’entourage d’en dédramatiser les enjeux, sans les dévaloriser, mais en relativisant ce choix, qui n’est qu’un possible parmi d’autres. Si ce n’est pas le choix qui convient, l’adolescent pourra toujours en changer; il ne perdra pas pour autant ce qui a déjà été acquis. Ce n’est pas et ne doit pas être un drame de renoncer ou d’échouer en classe « prépa » : de cela surtout, les parents et les adolescents ont besoin de se convaincre…