Il dort le jour. Que faire

Il dort le jour. Que faire ?

L’inversion du rythme biologique fait partie des plaisirs et des aspirations de l’adolescence. C’est un rêve que les vacances permettent de réaliser. C’est même devenu, dans certains pays, un phénomène de masse auquel il est bien difficile de résister : phénomène appelé «movida» en Espagne par exemple, où, toutes les fins de semaine, les adolescents passent la nuit à discuter et à boire dans les rues.
Bien des raisons favorisent cette prédilection des adolescents pour la nuit. La première, et non des moindres, est qu’elle s’oppose au rythme des adultes. Le jour est associé aux exigences de l’adaptation à la réalité, du travail et de l’école. C’est le monde de la clarté, de la raison, de l’obéissance auquel s’oppose point par point le monde de la nuit, celui de l’obscurité, du rêve, de l’imaginaire, des angoisses et des fantômes, mais aussi de l’amour. Puisque interdite – parce qu’il devrait dor-
mir comme un enfant sage -, l’adolescent a le sentiment que la nuit lui appartient et qu’il y échappe au regard des adultes.

En outre, beaucoup d’adolescents anxieux ont du mal à s’endormir. Ils ont peur de s’abandonner au sommeil, comme ils craignent, en s’abandonnant à une relation de trop grande proximité avec les adultes, de s’en trouver captifs. Le sommeil est assimilé à une perte de contrôle qui se concrétise par le surgissement de rêves qui, chez eux, tournent si facilement au cauchemar. Il est alors plus facile de dormir le jour, sous la protection lointaine des adultes vigilants, et de veiller
la nuit. Us prolongent ainsi ce que font les enfants inquiets qui ne peuvent s’endormir qu’avec une
lumière allumée. Parallèlement, inversant la situation qui veut que les parents veillent sur le sommeil de leurs enfants, ils ont l’impression de contrôler l’activité nocturne de leurs parents.

C’est avec le début de la puberté, et davantage chez les garçons que chez les filles, que naît ce besoin de changer le rythme du sommeil. L’adolescent éprouve à nouveau des difficultés à se coucher, comme dans sa petite enfance, et, parallèlement, des difficultés à se lever le matin. Lui qui, le dimanche matin, allait très tôt réveiller ses parents pour se glisser dans leur lit, se trouve péniblement réveillé vers 11 heures ou midi par une mère irritée de cette paresse nouvelle. Le contact qu’il fuit en évitant désormais une trop grande proximité corporelle avec ses parents, il le retrouve au fond de son lit, dans lequel il se blottit, ayant autant de mal à le quitter qu’il en a eu à le gagner.
Que faire? Faut-il laisser un adolescent se coucher quand il veut ? Quand et comment réagir à cette inversion du rythme sommeil/veille? Il est préférable de ne pas le laisser gérer seul une situation dont il ne mesure pas les enjeux. Son équilibre physique et psychique exige qu’il dorme suffisamment et qu’il se couche en conséquence. C’est à ses parents d’y veiller en tenant compte de son âge. Même
passés 18 ans, sauf exception, il est déconseillé de dormir moins de 8 heures, certaines personnes ayant même besoin de plus d’heures de sommeil. Quant à dormir le jour, il ne peut en être question, sauf éventuellement le dimanche et pendant les vacances, sans que ce qui est une possibilité laissée à l’adolescent ne devienne pour autant une habitude contraignante.
Car si cette pratique déborde sur Tannée scolaire, elle peut avoir un retentissement scolaire immédiat et marginaliser rapidement l’adolescent. En outre, elle est parfois le signe de difficultés psychologiques qui appellent une réponse rapide et spécifique.

Laisser se prolonger tant soit peu cette conduite, c’est handicaper l’adolescent dans sa scolarité, le couper de ses camarades, le laisser s’enfoncer dans la dépression. Certains parents sont parfois enclins à penser qu’il ne faut surtout pas le brusquer, qu’il a besoin de compréhension et qu’en s’opposant à lui, ils prendraient le risque de provoquer un conflit qui ne ferait que renforcer la solitude de l’enfant. « Quand il ira mieux », pensent-ils, « il se reprendra de lui-même. »
C’est toujours un mauvais calcul. Les adultes doivent être conscients que choisir le repli et la fuite va laisser l’adolescent encore plus démuni et angoissé. Ce n’est plus un choix mais une contrainte qui s’impose à lui. Alors même que des aides appropriées, comme la consultation d’un spécialiste, existent. Plus on laissera la situation s’installer, plus elle s’aggravera. Toute situation qui se clôt sur elle-même se dégrade et conduit à un processus d’autodestruction. Le fait que ses parents réagissent immédiatement est toujours rassurant pour l’adolescent, parce qu’il lui
prouve à la fois la confiance qu’ils ont dans son aptitude à sortir de cette situation et leur capacité à faire face, même au prix d’un conflit avec lui. Toute autre attitude sera perçue comme un abandon et une soumission qui ne peuvent que renforcer les angoisses de l’adolescent.

Il s'est saoulé pour la première fois. Va-t-il recommencer

Il s’est saoulé pour la première fois. Va-t-il recommencer?

Les ivresses collectives partagées entre jeunes, et même entre très jeunes préadolescents, semblent
prendre aujourd’hui une valeur de rite initiatique. Un bien mauvais rite cependant, que certains risquent de payer cher, car, au lieu de les aider à s’intégrer à la société adulte, ce type de comportement peut au contraire les marginaliser. Et le danger est d’autant plus grand que l’adolescent est plus vulnérable, psychiquement mais aussi biologiquement, comme c’est le cas pour toutes les drogues à effets psychotropes.

Pour certains, la rencontre avec l’ivresse a un rôle révélateur, leur ouvrant les portes d’un nouveau monde du fait de l’intensité des phénomènes psychiques qu’elle provoque. Ces adolescents-là auront du mal à abandonner une source d’excitation qui efface, d’un seul coup, toutes les émotions et pensées dépressives, les désinhibe et leur donne un sentiment de liberté et de relation fiisionnelle avec tout ce qui leur manque d’ordinaire dans la vie quotidienne, et auquel ils ont soudain l’impression d’avoir magiquement accès. Fusion avec un monde idéal, oubli de leurs peines et de leurs
insuffisances, exaltation et libération des freins et entraves habituels… tout cela se fond en un mélange qui leur paraît détonnant et dont il peut être très vite difficile de se passer. Ajoutons à cela que les adolescents et jeunes adultes ont tendance à passer outre les prises de risque excessives que cet état favorise, notamment en voiture ou à moto…

Car l’alcool demeure la source principale d’accidents à l’adolescence. Comme pour la cigarette, la toxicomanie et les troubles du comportement en général, la prévention doit essentiellement porter sur l’insécurité affective, le malaise et l’état dépressif de l’adolescent. Il est aisé de voir combien ces ivresses, plus ou moins liées à une vie de groupe ou de bande, sont un moyen de trouver à l’extérieur ce qu’il n’est plus possible ou n’a pas été possible de trouver au sein de la famille. A savoir une communication vécue comme intense et un sentiment de force collective dont l’adolescent a d’autant plus besoin qu’il se sent plus seul et plus exposé dans ce monde extra-familial où il est tenu de faire ses preuves et de montrer de quoi il est capable… C’est dire l’importance de trouver auprès des adultes, parents et/ou adultes-relais, des occasions nombreuses d’intérêts et de plaisirs partagés qui soient suffisamment motivants pour l’adolescent mais lui restent tolérables.

Toutefois, il faut se garder de dramatiser. Une première «cuite» n’est pas une catastrophe. Elle n’est que le signe du besoin de l’adolescent de trouver appui chez les autres. Aux adultes, donc, d’y être attentifs et d’aider l’adolescent à rencontrer des soutiens valorisants et bénéfiques. L’exemple des adultes qui l’entourent, et en particulier de leur façon de boire de l’alcool, a également toujours beaucoup d’impact.