Elle ne veut plus faire son piano. Faut-il l'obliger

Elle ne veut plus faire son piano. Faut-il l’obliger?

Quelle importance ? », serait-on tenté de dire quand un ou une adolescente interrompt brutalement une activité artistique ou sportive dans laquelle il ou elle était jusque-là apparemment très investi(e).
Savoir jouer du piano n’est pas indispensable et, si cela ne l’intéresse plus, pourquoi la forcer ? Elle a bien assez de travail par ailleurs…
Quoi qu’elle en dise, c’est souvent parce que justement cela l’intéresse qu’elle abandonne. On se trouve ainsi face à un nouvel exemple de ce paradoxe de l’adolescence qui veut que les jeunes soient poussés à faire le contraire de ce qu’ils désirent.

En l’occurrence, c’est parce qu’elle fait de sa réussite au piano un enjeu important pour l’image qu’elle a d’elle-même et qu’ont d’elle ses parents qu’elle est poussée à y renoncer. Enjeu dont elle n’est pas vraiment consciente sur le moment et qu’elle ne mesurera bien qu’à distance, des années plus tard. Elle voudrait briller et être la première, mais elle craint tout autant de ne pas y arriver que d’y parvenir, tout en ayant le sentiment qu’elle ne le mérite pas vraiment, qu’elle a
usurpé sa place, que Ton va s’apercevoir que ce n’est qu’une tromperie, qu’elle n’en a pas réellement les capacités…
Sentiments exacerbés par ses attentes affectives à l’égard de ses parents, de son père le plus souvent, dont elle voudrait qu’il l’admire, tout en ne supportant pas qu’il le montre ouvertement, un compliment ou une manifestation de fierté étant immédiatement perçu comme une tentative de rapprochement excessif. Le plaisir même qu’elle pourrait y prendre se transforme en gêne, voire en irritation, ce qui l’amène parfois à être ostensiblement désagréable.

Cela dit, comment réagir à la volonté, exprimée par l’adolescent(e), d’arrêter le piano ou toute autre activité qu’il ou elle affectionnait auparavant ? En sachant gagner du temps, ne pas prendre à la lettre tout ce que dit l’adolescente et en lui laissant la possibilité d’élaborer et de
dépasser ses contradictions au lieu de l’y enfermer. Il faut se demander s’il s’agit d’un désintérêt progressif, dû peut-être à un manque réel de réussite, ou si l’enfant ne s’est véritablement jamais investi dans cette activité. Si c’est le cas, il n’a guère de raison de continuer. S’agit-il au contraire d’une décision brutale, qui suit l’annonce d’un succès? La signification du désir d’arrêter est alors tout autre. Elle appelle une discussion. Les parents peuvent exprimer le souhait que l’adolescente prenne le temps de la réflexion et se donne, par exemple, une année supplémentaire pour confirmer ou non cette décision. Le but n’est pas d’entrer dans une épreuve de force, ni d’obliger l’adolescente à continuer à tout prix le piano, mais de ne pas la laisser seule face à une contrainte intérieure qui l’amène à saboter une activité potentiellement source de plaisir et de valorisation, et ce pour des raisons affectives dont elle n’est pas clairement consciente. C’est le sens même de l’éducation que d’apprendre à un enfant à savoir et à pouvoir attendre. Le laisser évoluer au gré de ses désirs et de ses impulsions du moment, c’est le rendre esclave de sollicitations dont il ne mesure pas la portée, qu’elles soient intérieures ou extérieures. Il ne peut les accueillir et les gérer dans son intérêt que s’il est capable de différer ses réponses et d’en évaluer la pertinence en fonction de son projet d’avenir. Or ce projet est une construction toujours en devenir, élaborée selon des normes et des valeurs qui ne peuvent être déterminées qu’en étroite interaction avec des adultes en lesquels l’enfant et l’adolescent ont confiance.

La première des valeurs que les adultes ont à transmettre, et dont ils sont les garants, est qu’il n’existe pas de liberté possible sans sentiment de sécurité et sans confiance en soi. Or c’est aux adultes également de faire en sorte que les enfants puissent les acquérir. Cela ne peut cependant suffire. L’adolescence illustre particulièrement la façon dont la perspective d’un plaisir par-
tagé avec certains adultes, ceux desquels on attend le plus et ceux, même, en lesquels on a le plus confiance, peut être un facteur de crainte et de fuite. Les adultes doivent atténuer ces peurs en comprenant leur sens, tout en faisant comprendre à l’adolescent que persévérer est une des conditions de sa liberté future. Il ne s’agit pas de transformer cet adolescent en objet des désirs de l’adulte, mais de lui donner les moyens d’une véritable indépendance, indépendance qui passe nécessairement par sa capacité à s’autoriser les acquisitions auxquelles il aspire.
Or ces acquisitions, quand elles sont violemment désirées du fait même du sentiment de doute et d’in-
suffisance qui habite l’adolescent, deviennent l’objet de conflits : conflits d’identité, en particulier, qui l’amènent à ne plus savoir si ce qu’il fait, il le fait pour lui ou pour ses parents (l’échec et le refus, en revanche, sont toujours à lui et lui appartiennent). Mais aussi conflits liés au fait que ces acquisitions peuvent apparaître à l’adolescent comme une arme qui menace ceux
qu’il aime et va lui faire perdre leur amour, surtout si elles sont susceptibles de lui permettre de dépasser leur niveau social et intellectuel. Retourner cette arme contre lui par le biais de l’échec peut ainsi combiner l’avantage d’être un moyen de se différencier en ne faisant pas ce qui était attendu de lui et un moyen de conserver l’amour et l’attention de ses parents. Ce que nous venons de dire du piano est bien sûr susceptible de s’appliquer à toute autre activité.

Commentaires

Commentaires