Ma fille a des phobies...Comment en parler avec elle

Ma fille a des phobies…Comment en parler avec elle?

On appelle « phobie » la peur irraisonnée de situations, d’objets, de personnes ou d’animaux parti-
culiers. Les phobies peuvent être très localisées – la peur des araignées, par exemple – ou beaucoup plus larges – la peur de la foule, la peur des contacts avec des personnes nouvelles. Les phobies sont très fréquentes, peu de personnes n’en ont pas souffert à un moment ou à un autre de leur vie. Elles font partie du développement normal de l’enfant et disparaissent souvent par la suite, mais elles peuvent réapparaître et prendre des formes nouvelles et plus importantes à l’adolescence.
Contrairement aux TOC (troubles obsessionnels compulsifs), les phobies affectent davantage les filles que les garçons.
Plus les phobies sont localisées, moins elles sont gênantes, car elles ont peu de répercussions sur la vie sociale. C’est le cas des phobies les plus courantes (celles qui concernent les petits animaux, par exemple). D’autres phobies également fréquentes, telle la phobie des espaces clos (appelée « claustrophobie ») ou son contraire, la phobie des espaces vides (appelée « agoraphobie ») sont déjà plus gênantes. Les phobies les plus contraignantes sont les phobies étendues, comme la peur du noir, de la foule, du téléphone, des contacts même temps, il a toujours peur de faire du mal à ceux qu’il aime, comme s’il pressentait ce que son désir de se dégager de l’emprise de l’anxiété parentale peut avoir d’agressif. C’est pourquoi il est non seulement nécessaire d’avoir recours à une aide extérieure pour soigner un adolescent qui souffre de TOC mais que ses parents eux-mêmes ont souvent également besoin de l’accompagner dans cette démarche.

Commentaires

Commentaires